Une

Documents références

BD « Tchernobyl, un nuage sans fin »

 

Ce site rassemble des pièces qui permettent de mieux cerner l’omerta et les mensonges passés et actuels autour de la négation des conséquences sanitaires et environnementales de la catastrophe de Tchernobyl Il a vocation à fournir des références sourcées et indiscutables aux faits évoqués dans la Bande Dessinée « Tchernobyl, un nuage sans fin ».

Ces pièces ont été extraites des milliers de pages des dossiers des perquisitions menées par Madame la juge Marie-Odile Bertella-Geffroy. Elles vous permettront de cerner comment les responsables politiques ont utilisé leurs pouvoirs pour la défense de l’industrie nucléaire civile et militaire, à tout prix et contre toute vérité.

Si ces informations vous parviennent si longtemps après la survenue de la catastrophe du 26 avril 1986, c’est qu’elles sont issues d’un très long processus. Il a fallu une explosion de cancers thyroïdiens, suivie quelques années plus tard de l’explosion de toutes les autres maladies radioinduites, pour que l’Association Française des Malades de la Thyroïde se constitue et tente tous les recours légaux qui étaient en son pouvoir devant toutes les juridictions possibles :

mars 2001 – plainte de l’AFMT et de la Crii-Rad pour « coups et blessures involontaires »

– 31 mars 2011 – Rejet en cour d’appel avec énoncé d’un Non Lieu

– 7 sept 2011 —Rejet du pourvoi en cassation

– 8 octobre 2013 – La Cour Européenne des Droits de l’Homme, requête jugée irrecevable la de plainte de M. Fau déposée pour l’AFMT .

Tout au long des procédures, des mensonges grotesques ont été énoncés par des personnes pourtant souvent soumises au serment d’Hippocrate. Plutôt que de servir la vérité médicale, ces personnes se sont mises au service de l’industrie atomique française. Ce faisant, elles ont dénié toute reconnaissance à la douleur de milliers d’être humains, parmi lesquels les enfants ont fourni le plus grand bataillon de la souffrance.

30 ans après Tchernobyl, les méthodes criminelles continuent de régner. Il y a 5 ans, juste avant le passage du panache radioactif de Fukushima, la Direction Générale de la Santé a envoyé une note (produite ici) à tous les acteurs du monde médical pour affirmer que la prise d’iodure de potassium avant le passage du nuage radioactif ne présentait aucun intérêt.

Plus grave encore, la France a exporté son savoir-faire en matière de désinformation vers le Japon suite à la catastrophe de Fukushima, avec des programmes menés sous l’égide de l’Institut de Recherche et de Sûreté Nucléaire et, surtout, de l’Autorité de sûreté nucléaire, organisme pourtant censé être « Gendarme » du nucléaire et donc neutre

Vous pouvez commander votre BD en envoyant un chèque de 20 € (15 € de BD + 5 € de port et d’emballage) à l’adresse ci-dessous :
Pour les envois en nombre, voir directement avec l’association.

AFMT

BP 21

82700 BOURRET

Note : pour deux raisons, nous n’avons pas mis ici à votre disposition le dossier complet des perquisitions de Madame Le Juge. Tout d’abord, le dossier comporte des milliers de pages. De plus, il est constitué de nombreux éléments relatifs à la vie privée de centaines de malades de La thyroïde.

Précision : Les pièces attestant des propos notés dans la BD seront référencées ici par numéros de pages.

Requête à vous lecteurs : malgré le travail réalisé par nos soins, des pièces manquent toujours au puzzle pour la compréhension générale. Nous remercions tous ceux parmi vous qui disposeraient d’éléments d’éclairages complémentaires de bien vouloir nous les transmettre (que ce soit de façon transparente ou anonyme). Ceci nous permettra de continuer à compléter les puzzles des nuages sans fin de Tchernobyl et de Fukushima, pour que justice soit enfin rendue, même hors des tribunaux, à toute la souffrance liée à catastrophe de Tchernobyl.

Remarque : la qualité des pièces présentées n’est malheureusement pas toujours très bonne. N’ayant pas eu accès aux documents orignaux, il ne nous a pas été possible d’améliorer la présentation.


Page 19 : les manipulations du Pr Pellerin

Page 23 : mesures de contamination en France en avril /mai 1986 + des sangliers radioactifs pour beaucoup éliminés encore aujourd’hui en Allemagne, pas en France

Page 24 : quand la météo de la télévision affirmait que la France était protégée

Page 26 :

Page 28 :

Page 30 : témoignages de malades de la thyroïde faisant le lien avec la catastrophe de Tchernobyl

Page 34 :

Page 35 :

Page 36 :

Page 37 :

Page 38 :

Page 39 :

Page 40 :

Page 41 : quelques éléments sur les effets de la radioactivité sur le vivant

Page 42 : l’institut Belrad

Page 43 : ampleur de la contamination terrestre par la catastrophe de Tchernobyl

Page 44 : l’Association Les Enfants de Tchernobyl Belarus

Page 45 : résultats d’analyses du Parc national des Écrins et plus globalement de nombreuses données sur les massifs alpins

Page 46 : malgré des cartes « menteuses » produites par l’IPSN, la France est mesurée, de façon totalement indépendante, fortement contaminée en Césium 137

  • De la persistance de la contamination de la France par les césiums de Tchernobyl et des tirs atomiques mesurée par la Crii-Rad :
  1. mesures de l’an 2000
  2. mesures de l’an 2015

Page 48 :  extraits de la thèse de Mme Sophie Fauconnier sur les cancers de la thyroïde en Corse:  + rapport final relatif à l’enquête épidémiologique rétroactive concernant les conséquences du nuage de Tchernobyl

Page 49 : petit historique du parcours juridique de l’AFMT

Page 50 :

Page 52 : un mariage Giscard / Schneider qui scelle le destin atomique français – analyse d’Antoine G.

Page 56 : l’immersion des déchets radioactifs

Page 57 : action de résistance aux transports de matières radioactives : décès du militant Sébastien Briat

Page 59 : quelques données sur le sarcophage de Tchernobyl

Page 61 : cancers thyroïdiens en Polynésie française, conséquences des tirs atomiques français

Page 64 :

 



ANNEXES



– Annexe 1 – cour d’Appel de Paris 7 septembre 2011:

Annexe 2 – Sfen : ce document qui relate une réunion de la Société française d’énergie nucléaire  de 1980 permet de mieux comprendre comment, lors de la catastrophe de Tchernobyl survenue six ans plus tard, tout la société était prête à accepter le travestissement de toute réalité sur le nucléaire.

Annexe 3 – Thèse de Madame Sophie Fauconnier sur les cancers thyroïdiens en Corse

Annexe 4 – la collusion entre l’État, le contrôleur et le contrôlé est toujours de mise en décembre 1998

Annexe 5 – « Manifeste de scientifiques sur la fermeture de Fessenheim » : ou on retrouve encore des scientifiques cités dans la BD comme M. Comby de l’Association des écologistes pour le nucléaire, M. Baschwitz, M. Artus…

Annexe 6  – 23 juin 1986 : analyse critique de la gestion de la crise de Tchernobyl par M. Michel Lajus, secrétaire général du comité interministériel de la sécurité nucléaire

–  Annexe 7 – Note de la Direction Générale de la Santé du 21 mars 2011 à tout le personnel médical : le nuage de Fukushima arrive sur la France mais il n’y a aucune mesure à prendre…

Annexe 8 – la Direction Générale de la Santé tente de démonter les conséquences de la catastrophe de Tchernobyl mises en avant par la Crii-Rad et l’AFMT en s ‘appuyant sur une étude de l’Institut national de Veille Sanitaire et de l’Institut de Protection et de Sûreté Nucléaire

Annexe 9 – 15 ans après la catastrophe de Tchernobyl, un responsable de l’IPSN ne souhaite pas voir publiée une étude réalisée par ses services. Selon ce responsable, cette étude qui montre des effets sanitaires déterministes – suite aux expositions aux retombées radioactives du nuage de Tchernobyl sur la France – s’appuierait sur des panels peu représentatifs

Annexe 10 –  démonstration du mensonge sur les retombées de Tchernobyl faite par la Crii-Rad

 



COMMENTEZ SUR TWITTER